Carpophobie, Zoom sur une phobie rarissime. Manifestations & Impacts

0

Les différentes manifestations de la carpophobie

En plus d’être une pathologie extrêmement rare et très peu connue – mais reconnue par les spécialistes -, les symptômes de la carpophobie varient selon les individus.
Cette phobie, dont la cause est encore difficile à déterminer avec précision, peut se manifester dès la petite enfance, ou survenir subitement à l’adolescence et des fois à l’âge adulte. Le sujet ressent un dégoût profond pour certains fruits, ou même pour tous les fruits. Il se peut qu’il refuse de manger les fruits tels quels, mais tolère ceux qui subissent une transformation avant d’être consommés (jus, smoothie, compote… ).

Le contact, l’odeur, ou rien que la vue des fruits, engendrent des réactions physiques telles que des palpitations, de fortes sudations, une douleur thoracique, et des tremblements. Dans les cas extrêmes des évanouissements peuvent survenir. Bien évidemment, tous ces malaises vont de pair avec le stress puisque le simple fait de passer à côté du rayon fruits dans un supermarché par exemple est un vrai calvaire pour un carpophobe.

L’impact de la carpophobie dans la vie quotidienne et sur la santé

Cette pathologie peut être particulièrement handicapante. En effet, l’entourage du carpophobe ne prend pas toujours au sérieux ses peurs et ont tendance à les assimiler à des caprices. Et même quand les gens savent ce qu’est la carpophobie, le sujet devient une source de curiosité puisque comme mentionné auparavant c’est une phobie rare. Le fait d’attirer l’attention fait naître chez lui un sentiment de honte très lourd à porter dans la vie de tous les jours. L’angoisse de voir des fruits pourrait pousser certaines personnes souffrant de ce trouble du comportement à s’isoler. Ils appréhendent de manger chez les gens, d’aller au marché etc… Plus grave encore, ne pas consommer des fruits, alors qu’il est recommandé d’en consommer avec les légumes 5 portions par jour, provoque de graves carences. L’affaiblissement du système immunitaire, le déchaussement des dents ou la chute des cheveux sont des exemples des conséquences de ces carences en vitamines et sels minéraux que l’on trouve dans les fruits.

Comment venir à bout de la carpophobie

La rareté de cette forme de phobie rend plus difficile son traitement, pour autant elle n’est pas une fatalité. Il est nécessaire de consulter un psychologue et entamer une thérapie comportementale et cognitive. Elle consiste à comprendre et affronter l’objet de la phobie, en l’occurrence ici les fruits, afin de parvenir à la désensibilisation progressive du patient. Le carpophobe, au fil des consultations, sera amené à être en contact avec les fruits. C’est un travail de longue haleine, il faut vraiment vouloir guérir pour que ça marche. Il est aussi conseillé de voir un nutritionniste qui saurait donner des conseils pour pallier aux manques de vitamines et sels minéraux.

Notons tout de même que certains carpophobes ont appris sans l’aide de personne à apprivoiser leurs peurs et mènent une vie tout à fait normale.

Share.

Leave A Reply